Supplì al telefono

Je vous propose aujourd'hui une promenade à Rome accompagnés des fameux supplì
Sans aucun doute vous feront-ils penser aux arancini de Sicile mais à vrai dire, ils sont assez différents. Moins garnis, plus petits, forme différentes et originaires d'une autre région italienne, autant de raisons pour vous de les essayer meme si vous connaissez les arancini.

Pourquoi suppli al telefono, c'est-à-dire au téléphone

Parce que lorsqu'elles sont cuites, ces croquettes de riz coupées en deux laissent entrevoir la mozzarella filer de part et d'autre, et font donc penser aux fils du téléphone.

Pour une dizaine de supplì :

- 1/2 petit oignon émincé finement
- 120 gramme de viande hachée
- 180 grammes de riz pour risotto
- 250 grammes de coulis de tomate
- 5 ml de vin rouge
- 80 grammes de mozzarella coupée en petits cubes
- quelques louches d'un bouillon de légumes
- huile d'olive extra-vierge
- sel, poivre 
- 2 oeufs battus
- chapelure
- huile pour friture

1- Faire dorer l'oignon émincé dans 2 cuillères à soupe d'huile d'olive. Ajouter la viande hachée. Après quelques minutes, verser le vin rouge, laisser évaporer. Ajouter la sauce tomate, saler, mélanger et laisser cuire à feu doux 20 mn environ (la préparation ne doit pas être liquide).
2- Déposer le riz dans la préparation à la sauce tomate et verser régulièrement du bouillon jusqu'à cuisson du riz, (compter une vingtaine de minutes). Il faut que le bouillon soit bien absorbé par le riz. Poivrer et laisser refroidir.
3- Laisser le riz refroidir. Déposer un peu de riz dans le creux de votre main, aplatir et déposer 2 cubes de mozzarella. Recouvrir de riz et former un petit cylindre comme sur les photos.
4- Rouler les supplì dans les oeufs battus puis dans la chapelure. Frire dans un récipient d'huile bien chaude. Déposer sur du papier absorbant. Déguster tiède.
Buon appetito !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Spaghetti aux fruits de mer

Comment faire des cubes de bouillon végétal

Conchiglioni farcis à la ricotta et au saumon fumé